Saison 1 – Intervenants

JEROME GLICENSTEIN Artiste et Maitre de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8 (Saint Denis), son enseignement et ses recherches portent sur les théories et pratiques de l’exposition. Il collabore à différentes revues et dirige la revue Marges. Son dernier ouvrage, « L’Art, une histoire d’expositions » a été publié aux PUF en 2009.   BASTIEN GALLET Bastien Gallet est né à Paris en 1971 et y vit. Il a enseigné la philosophie à l’Université de Metz. Il est l’un des codirecteurs des éditions Musica Falsa (MF). Il a été de 1999 à 2004 producteur à France Culture (émissions Voix carrossable, Elektrophonie, Festivités, Le chantier) puis pensionnaire à la villa Médicis (section littérature). Après avoir dirigé le Festival Archipel, à Genève, il fut l’un des commissaires de l’exposition La Force de l’art (2006, Grand Palais, Paris). Parmi ses publications, citons : Le boucher du prince Wen-houei (Éd. MF, 2002) ; des textes dans les deux volumes du collectif Fresh Theorie (Léo Scheer, 2005 & 2006) ; Anastylose (livre écrit et composé avec Arno Bertina, Ludovic Michaux et Yoan DeRoeck en 2006, Fage) ; Une longue forme complètement rouge (LaureLi/Léo Scheer, 2007   MATHIAS DELPLANQUE Mathias Delplanque vit et travaille à Nantes. Son activité de compositeur commence en 1998 lorsque, juste issu de l’Ecole des Beaux Arts de Cergy Pontoise, il met un terme à sa pratique de la sculpture pour se tourner vers la création sonore. Il a depuis sorti de nombreux disques sur plus d’une dizaine de labels internationaux, sous son nom ou sous les pseudonymes de Bidlo ou Lena. Il participe également à de nombreux projets collaboratifs tels que The Missing Ensemble, The Floating Roots Orchestra, Afterlife Radio Music… Le travail effectué sous son propre nom recouvre des pièces sonores directement concernées par la question spatiale : Ma chambre quand je n’y suis pas, L’Inondation, Le Pavillon Témoin, SOL, La Plinthe… Mathias Delplanque est enfin l'un des fondateurs (avec Black Sifichi et Charlie O) de AAA Men, trio d'improvisation électronique et vocal. Adepte de toute forme de collaboration musicale et artistique, il a travaillé avec diverses personnalités issues des arts visuels (Dove Allouche, Jean-Pierre Aubé...) ou de la musique (Steve Arguelles, Man, Charlélie Couture, Rob Mazurek, Black Sifichi, Daniel Givens ...).   PATRICE BLOUIN Ancien élève de l'ENS Fontenay-Saint-Cloud, Patrice Blouin est professeur d’esthétique en école d’art. Il a travaillé en tant que critique de cinéma dans différents magazines (Cahiers du cinéma, Artpress, Inrockuptibles) et revues (Trafic, Critique) ainsi qu'en radio ("Minuit dix" sur France Culture). Il a, en particulier, écrit sur le burlesque et le mélodrame, les vidéoclips et la téléréalité. Il a collaboré au projet Fresh Théorie. Son premier roman, Tino et Tina, sort à la rentrée aux éditions L'Arbalète Gallimard".   JEAN-PIERRE COMETTI A enseigné la philosophie et l’esthétique à l’Université de Provence. Responsable de la collection « Tiré-à-part », aux éditions de l’Eclat, il a publié de nombreux auteurs américains issus de la philosophie analytique et du pragmatisme. Il est aussi l’auteur de plusieurs livres consacrés à Ludwig Wittgenstein, à Robert Musil, au pragmatisme américain et à des questions d’esthétique ; il a notamment traduit en français Nelson Goodman, Robert Musil, Richard Rorty, Ludwig Wittgenstein, et plus récemment, avec Marjorie Caveribère, De la pluralité des mondes, de David Lewis (L’Eclat, 2007). Au nombre de ses ouvrages, on compte : L'homme exact, Le Seuil, 1997; ; L'Art sans qualités, Farrago, 1999; Questions d'esthétique, PUF, 2000 (avec J. Morizot et R. Pouivet) ; Art, modes d’emplois : Esquisses d’une philosophie de l’usage ; Musil philosophe, Le Seuil, 2002 ; Art, représentation, expression, PUF, “Philosophies”, 2002, Wittgenstein et la philosophie de la psychologie, Presses Universitaires de France, 2004, Les arts de masse en question (dir), Un nouvel essai, intitulé : La force d’un malentendu, devrait paraître aux éditions « Questions théoriques » à l’automne 2009, ainsi qu’un livre sur le pragmatisme, dans la collection « Folio-essais », chez Gallimard.   JOSEPH MOUTON Joseph Mouton enseigne l’esthétique à la Villa Arson de Nice. Il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et de livres qui entrelacent narrations, attitudes, et réflexions tour à tour tragiques, percutantes, hilarantes, parmi lesquels : Sois artiste (Éditions Aubier, 1994), Misère de Dieu (Éditions Aubier, 1996), L’entraînement (Éditions Le Mot et le Reste, 2004) ou encore Le projet Sombr’Héros (Voix édition, 2005) mais aussi Delenda Ouest (Les petits matins, 2007).   LEO SCHEER Docteur en sociologie, a dirigé le programme interministériel de recherche en sciences sociales et a enseigné également la sociologie à l'ENA, Polytechnique et à École des Ponts et Chaussée. De 1980 à 1984, il occupe le poste de directeur du développement du Groupe Havas et, entre 1981 et 1984, conçoit et développe le projet de Canal +. Entre 1984 et 1988, il est directeur du développement du Groupe Publicis. Parallèlement, il conçoit et dirige TV6 (1986-1987), première version de la 6e chaîne qui deviendra M6. Il devient ensuite consultant en développement de nouveaux medias en particulier pour le Gouvernement Luxembourgeois (Astra) pour l'Aérospatiale (Internet à haut débit par satellite). Membre de la Mission des autoroutes de l'information, et de la Commission Campet chargée de la réforme de l'audiovisuel public, il a également été producteur sur Antenne 2, avec Nathalie Rheims, de l'émission « Haute Curiosité » présentée par Maurice Rheims. En 2000 il crée les Éditions Léo Scheer puis la Galerie Léo Scheer en 2002. L'année suivante, il reprend les Éditions Réticulaires (magazine Chronic'art et le site Internet chronic'art.com). En 2004, les Éditions Léo Scheer lancent La Revue Littéraire.   LAURE LIMONGI Laure Limongi est une écrivaine française née le 21 février 1976 à Bastia. Outre ses livres elle écrit également dans des revues et collectifs des textes critiques (La Revue Littéraire, Les Lettres Françaises, CCP). Elle donne aussi des lectures publiques « simples » (voix seule) ou « compliquées » (musique, vidéo) liées à la performance. Laure Limongi a aussi créé la collection critique « & » aux éditions Al Dante en 2000, avant de créer en 2006 la collection « Laureli » aux Éditions Léo Scheer, consacrée à la publication de textes contemporains. C’est à la collection « Laureli » qu’on doit en particulier la redécouverte d’Hélène Bessette en France, avec un inédit, Le Bonheur de la nuit et une réédition, maternA. En tant qu’interprète musicale, elle a notamment participé au disque du compositeur Pierre Henry, Deux coups de sonnette (coll. Signatures Radio France, Harmonia Mundi). Elle fait également partie du groupe Molypop (signé chez Trackmusic) en tant qu’auteur, compositrice et musicienne.   PATRICE MANIGLIER Docteur et agrégé de philosophie, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure (Ulm), il a enseigné la philosophie au CIEPFC, et a été directeur de programme au Collège International de Philosophie. Il s'intéresse plus particulièrement à la philosophie française d'après-guerre, aux enjeux à la fois philosophiques et théoriques du "structuralisme" conçu comme matrice toujours actuelle de la création philosophique sollicitée par son dehors. Il a travaillé sur la philosophie des sciences de la culture (la linguistique et l'anthropologie essentiellement), et sur la philosophie de l'esprit dans la perspective d'une réintroduction du "problème du signe", c'est-à-dire de la culture, dans la thématique cognitive. Il est l'auteur d'une thèse, sous la direction d'Etienne Balibar, intitulée L'être du signe. Son ouvrage La vie énigmatique des signes, Saussure et la naissance du structuralisme, est paru chez Léo Scheer, Paris, 2006. Il a collaboré à Matrix, machine philosophique, Ellipses, Paris, 2003 et à Fresh Théorie II, (dir. M. Alizart et C. Kihm, Léo Scheer, 2006). Il enseigne la philosophie française du vingtième siècle, au Département de Philosophie de l’Université d’Essex.   MARK ALIZART Mark Alizart est né à Londres en 1975. Il a fait partie de l’équipe du Département du Développement Culturel du Centre Pompidou pendant cinq ans. Depuis fin 2006, il dirige le Département de l’Action Culturelle du Palais de Tokyo. Codirecteur de Fresh Théorie, chroniqueur régulier d’Art Press, il a publié Stuart Hall, avec Éric Macé et Éric Maigret, en 2007 aux Éditions Amsterdam. Il a dirigé le catalogue de l’exposition «Traces de sacré»,en 2008 au Centre Pompidou.   SYLVAIN DUMONT Professeur de philosophie à Munich   THEO TEGELAERS Theo Tegelaers est un commissaire d'exposition néerlandais ayant, en tant que commissaire indépendant, organisé de nombreuses expositions d'art contemporain aux Pays-Bas et à l'étranger. Actuellement commissaire et directeur des projets de SKOR (Fondation pour l'art et l'espace public, Amsterdam), il a dirigé l'espace d'art contemporain W139 à Amsterdam, et fut également le directeur artistique de De Appel, en 2006.   STEPHEN WRIGHT Né à Vancouver (Canada), Stephen Wright est critique, théoricien d'art et chercheur. Il a été directeur de programme au Collège international de philosophie (Paris) et a mené des recherches sur les arts visuels contemporains et la crise axiologique et épistémologique à laquelle ils font face à l’époque de la créativité diffuse, qui met en question les conventions, la spécificité et le statut même de l’art contemporain. De 1997 à 2005, il fut le correspondant de la revue Parachute, et a contribué la revue Mouvements. Membre du comité de rédaction de Third Text , il codirige actuellement une anthologie de textes parus dans la revue. En tant que commissaire d'expositions indépendant, il a organisé en 2004 "L'avenir du ready-made réciproque" (Apexart, New York), et plus récemment "In Absentia" (Passerelle, Brest), expositions collectives faisant partie d'une série de projets qui, en interrogeant des pratiques artistiques à faible coefficient de visibilité artistique, soulèvent la question d'un art sans œuvre, sans auteur et sans spectateur.   MARCELA IACUB Auteur de plusieurs livres, notamment "Le Crime était presque sexuel" (2002), sa démarche consiste à toujours partir d'exemples juridiques précis et souvent en apparence "mineurs" afin de montrer quels en sont les enjeux plus larges et élargir le sujet aux questions de société qui y sont liées, proposant ainsi de nouvelles façons d'envisager la manière dont la loi gère les questions de mœurs. Parmi les causes qui lui sont chères, citons: la défense du droit à la prostitution, du mariage et de l'adoption pour les gays et lesbiennes, des méthodes de procréation artificielle. Elle cherche à rénover le féminisme français, qu'elle juge trop moralisateur car demandant une extension toujours plus grande de la répression pénale et elle défend l'idée que la révolution sexuelle des années 1970 a été un échec partiel dans la mesure où elle a renoncé à ses ambitions émancipatrices. Toutes ces prises de position lui ont valu de violentes critiques, notamment de la part de certaines féministes françaises plus traditionnelles, mais aussi le fervent soutien de nombreux militants et militantes des droits des minorités sexuelles. Marcela Iacub a publié Juger la vie (avec Pierre Jouannet) aux éditions La Découverte, 2001, Le crime était presque sexuel et autres essais de casuistique juridique (Flammarion), Penser les droits de la naissance, aux PUF, et Qu'avez-vous fait de la libération sexuelle ? chez Flammarion en 2002 ; L'Empire du ventre : Pour une autre histoire de la maternité (Fayard, 2004), l’Antimanuel d'éducation sexuelle (avec Patrice Maniglier) en 2005, Bêtes et victimes et autres chroniques de Libération ainsi que Aimer tue (Stock, 2005), Une journée dans la vie de Lionel Jospin (Fayard, 2006). Son dernier livre Par le trou de la serrure. Une histoire de la pudeur publique, XIX-XXIe siècle est paru chez Fayard en 2008.   CATHERINE MILLET Catherine Millet est écrivaine et critique d'art français. Elle est fondatrice et directrice de la revue mensuelle d'art contemporain Art Press. Elle est aussi auteur de nombreux ouvrages sur l’art contemporain, tels que L'art contemporain en France (Flammarion, 1998) et L'art contemporain : Histoire et géographie (Flammarion, 2006), et d'essais critiques consacrés aux artistes Yves Klein ou Salvador Dali. Elle est également connue pour ses récits autobiographiques : La Vie sexuelle de Catherine M., paru en 2001, et Jour de souffrance (Flammarion, 2008).   JEAN-BAPTISTE THORET Historien et critique de cinéma, il est spécialiste du cinéma italien et américain des années 70, et des films d'horreur. Il fut co-rédacteur en chef des revues Simulacres et Panic, et réalisateur d’un documentaire consacré à Dario Argento, Soupirs dans un corridor lointain (prod. Cinecinemas, 2001). Il a publié Mythes et Masques : Les fantômes de John Carpenter chez l’éditeur Dreamland en1998. Ainsi que Une expérience américaine du chaos : Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper, aux éditions Dreamland en 2000. Puis Dario Argento, magicien de la peur aux Cahiers du cinéma en 2002. Mais aussi 26 secondes : L'Amérique éclaboussée chez Rouge profond en 2003. Ainsi que Le Cinéma américain des années 1970 aux Cahiers du cinéma en 2006. En 2007 il a publié Politique des zombies, l'Amérique selon George A. Romero chez Ellipses. Son dernier livre est consacré à Sergio Leone aux Cahiers du Cinema/Le Monde, 2008.   HERVE AUBRON Hervé Aubron est journaliste, critique aux Cahiers du cinéma et à la revue Vertigo. Chargé de cours à l'Université Paris 3, il prépare une thèse consacrée à la notion de kitsch au cinéma à l'École des hautes études en sciences sociales. Il a collaboré à divers journaux, dont Libération. Il a publié en 2006 un essai sur Mulholland Drive, de David Lynch (Éditions Yellow Now) et il a réalisé avec Emmanuel Burdeau le premier livre d'entretien, publié en français, avec Werner Herzog, Manuel de survie (Valencia-octobre 2008) chez Capricci Editions/ Editions du Centre Pompidou. Il est également Secrétaire général de la rédaction de Le Magazine Littéraire.   JEAN-BAPTISTE FARKAS Jean-Baptiste Farkas présente régulièrement ses activités dans le champ de l’art sous forme de conférences, et a également participé depuis 1998 à de nombreuses expositions, à Paris, Marseille, Hambourg,... Depuis 1998, il développe sa pratique de « l’art prestataire » dans le cadre de son projet IKHÉA©SERVICES, documenté notamment dans le livre IKHÉA©SERVICES « 68 pages de passages à l’acte » (2004, Éditions Zédélé). Il crée la marque GLITCH « BEAUCOUP PLUS DE MOINS ! », déposée en 2003, dont le « Catalogue des produits de la marque » est publié en 2006 (Zédélé). Il initie en 2006 l’AMICALE de la XVème Biennale de Paris, rendez-vous bimensuel regroupant des artistes qui privilégient des formes d’art dématérialisée. Jean-Baptiste Farkas enseigne à l’Ecole Supérieure des beaux arts de la Réunion, où il initie des workshops depuis 2003. Parmi ses autres activités, citons sa participation à la réalisation du documentaire « Alien, Marx & Cie. – Portrait de Slavoj Žižek » de Susan Chales de Beaulieu (ARTE/ZDF), dont un nouveau montage a été présenté dans le cadre de l’exposition Slum de Peter Weibel à la Neue Galerie de Graz, en 2006.