Les Rencontres place publique

1 place Lorette

13002, Marseille

  • Facebook
  • YouTube

"AMOUR, GLOIRE ET BEAUTÉ"
sur une proposition de Jacques Serrano

 

 

Jacques Serrano, directeur artistique de la Semaine de la Pop Philosophie, reçoit, en partenariat avec la Criée, Laurent de Sutter, philosophe, et Zeev Gourarier, historien de l'art et directeur scientifique et des collections du Mucem, dans le cadre de MP2018. Ce premier moment de réflexion portera sur « Le prix de l'amour » et « Une histoire des manières d'aimer ».



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Amour

Théâtre National de la Criée le 16 février 2018 - 20h
 

 

 

LE PRIX DE L'AMOUR

LAURENT DE SUTTER

 

"L'histoire occidentale de l'amour est l'histoire d'un sentiment qui bouleverse tout - et qui, en bouleversant tout, sauve la vie de sa
nullité, de sa misère. L'amour, pour nous, est ce qui vaut à la vie d'être vécue, ce qui nous ramène à la beauté et à la grandeur que
nous ignorons trop souvent, perdus que nous sommes dans des activités matérielles plus ou moins vaines. Mais est-ce vraiment le cas ? Peut-on considérer l'amour comme ce qui réactive le sens de la gratuité dans des existences par ailleurs vouées au calcul ? Ne faudrait-il pas plutôt nous rendre attentif à ce que coûte une telle gratuité - au prix qu'il faut payer pour faire l'expérience véritable de l'amour ? Et s'il n'y avait pas d'amour gratuit ? S'il n'y avait d'amour que cher ?"

 

LAURENT DE SUTTER est philosophe, professeur de droit à la Vrije Universiteit, directeur de collection aux P.U.F. et président de l'association POP PHILO créée avec Jacques Serrano en 2013 à Bruxelles

 

----------

 

UNE HISTOIRE DES MANIÈRES D'AIMER

ZEEV GOURARIER

 

En avant-première de l’exposition qui se tiendra au Louvre-Lens, "Une histoire des manières d’aimer", l’historien de l’art et
conservateur des Musées, Zeev Gourarier, commissaire de l’exposition, nous présentera les principales œuvres exposées à cette occasion et interviendra sur l’histoire de l’amour dans l’art.

"L’histoire de l’amour commence mal. Les Grecs et les Hébreux sont au moins d’accord sur un point : la séduction des femmes, à commencer par le péché d’Eve et la boite de Pandore, a provoqué la perdition de l’humanité. A la stigmatisation de la première femme, l’Eglise apporte une réponse : si nous avons été chassés du paradis par la faute d’Eve, c’est également par une femme, Marie, qui conçut Jésus, que les portes du paradis nous sont à nouveau ouvertes dans l’Au-Delà. Mais cette réhabilitation a un prix qui pèse sur la relation amoureuse : le plaisir sexuel devient péché de chair et la meilleure voie pour le salut est celle qui passe par une abstinence totale. Comment la relation amoureuse a-t-elle réussi néanmoins à se frayer un chemin entre séductrices et vertueuses ?"

 

ZEEV GOURARIER est historien de l’art, conservateur général du patrimoine, directeur scientifique et des collections du Mucem

Entrée gratuite / réservations conseillées    

Réservez vos places par téléphone : 04 91 54 70 54

Théâtre national de la Criée

30 Quai Rive Neuve, 13007 Marseille

Gloire


Frac PACA le 14 avril 2018 à 14h30

DES SENTIERS DE LA GLOIRE AUX BOULEVARDS DE LA CÉLÉBRITÉ

ALAIN CHENU

 


« L'intérêt du public pour les célébrités est une forme majeure de lien social dans le monde contemporain - un lien triangulaire, qui
ne passe pas seulement par les célébrités et leur public, mais aussi par les médias. On propose une analyse des transformations de
ce lien au travers du cas de l'hebdomadaire Paris Match, en scrutant les couvertures de ce magazine - près de 3600 parutions
depuis sa création en 1949.


On constate d'abord que l'actualité est de plus en plus souvent traitée sur un mode personnalisé : le portrait de célébrité devient
archi-dominant, les couvertures anonymes, du genre "Drame national. Fréjus" après l'effondrement du barrage de Malpasset (12 décembre1959), sont de plus en plus rares. Tout en haut du palmarès de la célébrité on trouve non pas des personnalités françaises, mais des membres de familles aristocratiques britannique (les Windsor, avec la princesse Diana) ou monégasque (les Grimaldi, avec Caroline et Stéphanie). Viennent ensuite, dans une liste où s'entremêlent les mondes de la politique et du spectacle, Charles de Gaulle, Brigitte Bardot, Johnny Hallyday. La place du show business - et notamment des célébrités de la télévision - s'accroît.

Le monde de la politique semble conserver sa part dans le total, mais il doit plus ce maintien au glamour des épouses ou
compagnes qu'à l'action publique en elle-même. Les dirigeants de Paris Match s'indignent lorsque certains commentateurs rangent leur magazine dans la "presse people" plutôt que parmi les généralistes de l’actualité. Ils ont probablement raison, ou du moins ils ne sont pas seuls responsables d'une lame de fond qui, à mesure que s'éloigne la grande histoire de la fin de la seconde guerre mondiale, des décolonisations, de l'effondrement de l'URSS, élargit l'espace ouvert aux industries du divertissement ».

 

ALAIN CHENU est sociologue, chercheur à Sciences Po à l'Observatoire sociologique du changement, s'intéresse à l'histoire de la
sociologie empirique, il étudie les phénomènes de stratification sociale, les rapports de genre et la sociologie des emplois du temps.
Ses dernières recherches portent sur les transformations de l'agenda français de l'actualité au travers des couvertures du magazine
Paris Match depuis 1949.

 

Entrée gratuite / sur réservation
Frac Paca
20 boulevard de Dunkerque
13002 Marseille


 

 


Beauté
Art-Cade, galerie des Bains Douches le 7 juin 2018

DE LA BEAUTÉ

MICHEL GUÉRIN


« La beauté nous est énigme, car elle nous apparaît, dans ses phénomènes les plus éclatants, à la
fois évidente et inexplicable. L’expérience à laquelle elle nous confronte est celle de l’emportement et du
ravissement. On voudrait bien la saisir, mais on ne peut lui assigner aucune demeure fixe ; au contraire elle a
l’air de se déplacer entre la pointe des choses sensibles et une idéalité qui court le risque de n’avoir aucun
répondant réel. Dire la beauté transcendante ne veut pas dire qu’elle serait confinée dans les hauteurs d’on ne
sait quel ciel, cela indique plutôt la dynamique toujours actuelle qui la transporte sous nos yeux vers un
« plus » qui nous échappe. Quand la beauté est là, simultanément clignote une absence. C’est ce que n’a
jamais pu comprendre un art académique…
Et si la beauté se reconnaissait précisément à cette manière de ne jamais se donner toute ? Ainsi ne
cesserait-elle d’être objet du désir ? Séductrice, elle trompe la pulsion, s’esquive pour établir son règne au
coeur du paraître. La beauté est apparition. Qui peut s’emparer d’une apparence vive ?
Le souci – ou le besoin – de la beauté est-il aujourd’hui désuet ? Quel artiste, de nos jours, la
recherche, et même seulement la mentionne ? Est-ce une sorte de pudeur qui, ainsi, la tait ? Aurait-on honte
de désirer encore une si vieille Dame ? »

 

Entrée gratuite / sur réservation
Art-Cade, galerie des Grands Bains Douches de la Plaine
35 bis rue de la Bibliothèque

13001 Marseille
 

 

 

 

.