JEUDI 14 OCTOBRE

 

📍Mucem- 19h

« La connerie, un moteur de l'Histoire »  

Avec Jean-François Dortier, fondateur des magazines Sciences Humaines et Le Cercle Psy.
 

"Quelle sont les force motrices de l’histoire ? Les réponses ne manquent pas. Tour à tour ont été invoqué :  le rôle des grands hommes, la lutte de classe, la force des idées, idées, le progrès technique, la violence et la guerre ou encore le rôle de  l’imaginaire.  

Mais c’est sans compter sur une autre facteur clé : la sottise humaine. Celle-ci se manifeste de multiples manières : les idéologies néfastes, les choix désastreux, les passions aveuglantes (haine, colère et ressentiment) ou tout simplement le fait d’avancer dans le brouillard et de s’engager collectivement dans une direction en pensant aller dans une autre. 

Faire de la connerie le moteur de l’histoire : telle est l’hypothèse que l’on va explorer dans cette  conférence. Simple provocation ? Pas vraiment. Disons plutôt une hypothèse de travail à ne pas négliger. 

Pour tester cette hypothèse, on ira à la rencontre des premiers hommes qui ont édifié des mégalithes, on s’interrogera sur la dynamique des révolutions, et des guerres, sur la récurrences des crises, on s’interrogera sur la capacité des humains à se duper eux-mêmes et à s’engager dans des projets utopiques qui tournent souvent au désastre.  

Winston Churchill l’avait dit à sa façon : « La part de bêtise est toujours plus grande que celle de la malice dans les affaires humaines."

- Jean-François Dortier

« Faut-il détester les intellos ? »  

Sarah Al-Matary, maître de conférences en littérature à l’université Lyon 2 et auteure de La Haine des clercs. L’anti-intellectualisme en France

Jean-Marie Durand, journaliste 

 

Depuis la Révolution, l’histoire de France est jalonnée de conflits dont l’intellectuel et ses avatars sont la cible. Cette « haine des clercs » s’exprime pourtant toujours au nom de l’intelligence, et les anti-intellectualistes – qui en ont une définition particulière – peuvent difficilement être tenus pour de simples « cons » : à gauche comme à droite, beaucoup sont d’ailleurs eux-mêmes des intellectuels... Comment expliquer que cette hostilité se soit manifestée avec autant de violence dans notre pays, et qu’elle perdure ? Quelles leçons tirer du passé ? 

Sarah Al-Matary 

Mucem

1 Espl. J4, 13002 Marseille

Réservation conseillée à resa.popphilo@gmail.com