Les Rencontres place publique

1 place Lorette

13002, Marseille

  • Facebook
  • YouTube

INTERVENANTS 2011

Eric Aeschimann

Après avoir été journaliste politique, économique et littéraire, Eric Aeschimann est actuellement responsable des pages Rebonds de Libération.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages : La Guerre des Sept ans, histoire secrète du franc fort avec Pascal Riché, (Calmann-Lévy, 1996), L’étoile de Matignon, (Julliard, 2001), Chirac d’Arabie avec Christophe Boltanski (Grasset, 2006), « Libération » et ses fantômes, (le Seuil, 2007), et Dieu n’existe pas encore, (Flammarion, 2008).

 

Christian Boissinot

Docteur en philosophie, il enseigne au Collège François-Xavier-Garneau à Québec, et a assumé les fonctions de président et de rédacteur en chef du magazine de philosophie grand public Médiane jusqu’en 2009. Directeur de collection aux Presses de l’Université de Laval, il a co-dirigé La vraie dureté du mental. Hockey et philosophie et Je pense, donc je ris. Humour et philosophie (2009 et 2010, collection Quand la philosophie fait pop !, Presses de l’université de Laval)

 

VALERY DIDELON

Valéry Didelon est architecte, diplômé de l’Ecole d’architecture de Normandie en 1998. Docteur en histoire de l’architecture, il a soutenu sa thèse à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2010 sur « L’affaire Learning from Las Vegas ». Depuis 2000, il enseigne dans les écoles d'architecture en France, et depuis 2007 il est maître-assistant titulaire à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes. Il collabore régulièrement depuis plusieurs années comme critique d’architecture à de nombreuses revues françaises et étrangères (AMC, D’Architectures, A+, etc.) et a participé a plusieurs ouvrages collectifs. Il a fait partie du comité de rédaction de la revue Le Visiteur entre 2001 et 2003, avant de co-fonder Criticat en 2007.

 

FRANÇOISE GAILLARD

Professeur à l’université de Paris VII et à la New York University, l’historienne des idées Françoise Gaillard enseigne régulièrement dans des universités étrangères, tout spécialement au Canada et aux Etats-Unis. Elle a collaboré pendant plusieurs années à la Quinzaine littéraire ainsi qu’à la revue Canal. Auteur de nombreux articles sur l’art, l’architecture et la crise de la modernité, Françoise Gaillard travaille régulièrement avec La Revue Parlée du Centre Georges Pompidou.  Elle est également membre du comité de rédaction de la revue Esprit et des Cahiers de Médiologie, et a notamment publié Diana Crash,  1999, éditions Descartes, et La Modernité en questions, 1998, Éditions du Cerf.

 

Marcel Hénaff

Anthropologue et philosophe, Marcel Hénaff a enseigné à l'université de Copenhague et au Collège international de philosophie à Paris. Il a étudié l'ethnologie à l'université d'Abidjan. Depuis 1988, il est professeur à l'université de Californie à San Diego. Parmi ses publications : Sade, l’invention du corps libertin (1978) ; Claude Lévi-Strauss et l’anthropologie structurale (Belfond, 1991) ; Public Space and Democracry, avec Tracy Strong (University Of Minnesota Press, 2001) ; Le prix de la vérité - Le don, l'argent,  la philosophie (Seuil, 2002) ; La ville qui vient (L'Herne, 2008)

 

AUDE LANCELIN

Auteur, journaliste agrégée de philosophie, Aude Lancelin enseigne dans un établissement de l'Essonne. En 2000, elle est engagée au Nouvel Observateur, où elle couvre les domaines de la culture et des idées, en particulier la critique littéraire et la philosophie. Elle a notamment réalisé pour l'hebdomadaire des entretiens avec des philosophes contemporains de renom tels Alain Badiou, Peter Sloterdijk ou encore Slavoj Žižek. Parallèlement, Aude Lancelin collabore aux émissions télévisées Culture et dépendances et Postface. En 2008, elle publie chez Plon avec la journaliste Marie Lemonnier, qui signe également dans le Nouvel Observateur, un ouvrage intitulé Les Philosophes et l'amour (de Socrate à Simone de Beauvoir).

 

Quentin Meillassoux

Philosophe français, Quentin Meillassoux est professeur à l’ENS-Ulm. Cofondateur du CIEPFC (Centre International d’Etude de la Philosophie Française) et co-animateur de la nouvelle collection Métaphysiques aux PUF, il a notamment écrit Le nombre et la sirène. Un déchiffrage du « Coup de dés » de Mallarmé (2011, Ed. Fayard, coll. Ouvertures), et Après la finitude. Essai sur la nécessité de la contingence (2006, Paris, Seuil, coll. L’ordre philosophique).

 

Francis Métivier

Docteur en philosophie (Paris IV), Francis Métivier enseigne au lycée Duplessis-Mornay de Saumur, après avoir été enseignant et chercheur à l'Université de Tours. Spécialiste de questions d'esthétique et d'éthique, il a publié sur Kierkegaard, Rabelais, le vin, l'éthique médicale et professionnelle, ainsi que des tribunes sur Haïti et la démocratie en France, dans Métro et lemonde.fr. Parmi ses publications : Rock’n philo (Bréal, 2011), Le Concept d’Amour chez Søren Kierkegaard, (Presses Universitaires du Septentrion, 2000), L’Esprit du Vin — la Philosophie du Chinon  (L’Araignée, 1998), Rabelais et la Nature (coll. Études Rabelaisiennes, Droz, 1996), " Kierkegaard et Andersen : le problème de l’amour impossible dans le conte de La Petite Sirène " in Revue du Centre Européen des Mythes et des Légendes (1995).

Par ailleurs, il fait du rock avec ses élèves, présentant tous les ans un concert et des compositions originales sur un thème philosophique (le temps, l'inconscient, les mythes de Platon, Oedipe, les 7 péchés capitaux,...) www.francismetivier.com 

 

Yann Moulier Boutang

Professeur de sciences économiques à l’Université de Technologie de Compiègne et directeur adjoint du Laboratoire Costech (Connaissance, Organisation, systèmes techniques) EA 2223 de l’UTC, Yann Moulier Boutang  enseigne aussi à l’École Supérieure des Arts et du Design de Saint-Étienne. Il co-dirige la revue Multitudes. Ses principaux livres sont Tanin, manuel des jardins japonais (Bourgois, 1987), Économie politique des migrations clandestins de main d’œuvre (PubliSud, 1986), Althusser une biographie (Grasset, 1992), De l’esclavage au salariat (PUF, 1998), Le capitalisme cognitif (Éditions Amsterdam, 2007).

 

Federico Pagello

Docteur en études cinématographiques au département Musique et arts du spectacle de l’Université de Bologne, Federico Pagello est chercheur à l’Université de Limoges. Il a dirigé le catalogue de l’exposition EPOP, Popular Roots of European Culture. Parmi ses publications: Grattacieli e superuomini. L’immagine della metropoli tra cinema e fumetto (Le Mani, Recco, 2011), The Lord of the Rings as global phenomenon: a review of The Frodo Franchise, Watching the Lord of the Rings and Studying the Event Film (in New Review of Film and Television Studies, vol 8, no 2, Routledge, 2010) et A Spider-Man in New York. Fumetto, cinema, metropoli (Cinema and Comics, Udine, Forum, 2009)

 

Bruno Queysanne

Philosophe et historien de l’espace architectural, Bruno Queysanne est également docteur en sociologie, discipline qu'il a étudiée à la Sorbonne de 1960 à 1964 avant de travailler avec Louis Althusser et Pierre Bourdieu dans le domaine de la sociologie culturelle. Il a ensuite enseigné la sociologie de l’architecture aux Beaux-Arts de Paris, jusqu'en 1970, et enseigne depuis l’histoire et la philosophie à l’école d’architecture de Grenoble. Son travail porte sur les périodes de la Renaissance et du Baroque et le début du mouvement Leon Battista moderne. Il a notamment traduit Descriptio Urbis Romae ou comment faire le portrait de Rome? de Alberti et Raphael, et Prolégomènes à une psychologie de l’architecture d’Heinrich Wölfflin. Il est l’auteur de nombreux articles, et des ouvrages Vers une philosophie architecturale de l'architecture (Ecole nationale supérieure d'architecture de Grenoble, 1995), de Philosophie et/de l'architecture avec Henri Maldiney (Ecole supérieure d'architecture de Grenoble, 1985)

 

Jacques Rancière

Professeur émérite au département de philosophie de l’Université de Paris VIII, Jacques Rancière  élabore une philosophie de l'émancipation, celle de la participation de tous à l'exercice de la pensée, et donc au gouvernement de la cité. Il a publié notamment La Nuit des prolétaires (Fayard, 1981), Le Philosophe et ses pauvres (Fayard, 1983) ; La Mésentente. Politique et philosophie (Galilée, 1995), Aux bords du politique (La Fabrique, 1998), Le Partage du sensible. Esthétique et politique (La Fabrique, 2000), La Fable cinématographique (Seuil, 2001), Malaise dans l’esthétique (Galilée, 2004), La Haine de la démocratie (La Fabrique, 2005), Politique de la littérature (Galilée, 2007), Le Spectateur émancipé (La Fabrique, 2008),  Les écarts du cinéma (La Fabrique, 2011).

 

Avital Ronell

Philosophe américaine, Avital Ronell enseigne la littérature comparée (allemand et anglais) à la New York University. Traduite dans de nombreux pays, elle a été découverte en France avec Telephone Book, une enquête sur la signification philosophique du téléphone. Avital Ronell est notamment connue pour ses travaux sur le French Theory. Parmi ses publications, citons Telephone book : technologie, schizophrénie et langue électrique (Fayard, 2006) ;  Stupidity (Stock, 2006) ; Addict, Fixions et narcotextes (Fayard, 2009) Test drive : la passion de l'épreuve (Stock, 2009). Signalons également "American Philo : entretiens avec Avital Ronell" avec Anne Dufourmantelle (Stock, 2006)

 

Jean-Claude Simard

Jean-Claude Simard, aujourd’hui retraité, a enseigné la philosophie à l'Université du Québec à Rimouski et au Cégep de Rimouski. De 1985 à 1989, il a été directeur du Bulletin de la Société de philosophie du Québec, un poste qui constituait un observatoire privilégié pour suivre l’évolution de la philosophie au Québec, tant au niveau collégial qu’au niveau universitaire. Jean-Claude Simard est l’auteur de « L'anthropologie des sciences : un programme pour la philosophie ? » (entrevue avec Michel Serres), paru dans Philosophiques, XIV-I (1987.) et de L'apprentissage de la liberté : quatre décennies d'expérimentation philosophique au collégial (Presses de l'Université de Laval, 2011)

 

Peter Szendy

Peter Szendy est philosophe et musicologue, maître de conférences au département de philosophie de l'université de Nanterre (Paris X), et conseiller pour la programmation à la Cité de la musique.

Parmi ses ouvrage : Lire l'Ircam, suivi d'un texte inédit de Gilles Deleuze (Ircam-Centre Pompidou, 1996) ; Musica pratica. Arrangements et phonographies de Monteverdi à James Brown (L’Harmattan, 1997) ; Écoute. Une histoire de nos oreilles (Minuit, 2001) ; Membres fantômes. Des corps musiciens, (Minuit, 2002) ; Wonderland. La musique, recto verso, avec Georges Aperghis (Bayard, 2004) ; Les Prophéties du texte - Léviathan. Lire selon Melville (Minuit, 2004) ; Béla Bartok, Ecrits. Présentation et traduction (Contrechamps, 2006) ; Sur écoute. Esthétique de l’espionnage (Minuit, 200) ; Tubes. La Philosophie dans le juke-box (Minuit, 2008) ; Kant chez les extraterrestres. Philosofictions cosmopolitiques (Minuit, 2011).

 

Mathieu Triclot

Normalien, agrégé de philosophie, Mathieu Triclot est maître de conférences à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard. Ses recherches portent sur les rapports entre les technologies de l’information et la philosophie. Il est l'auteur de Philosophie des jeux vidéo (Zones, 2011), et de Le moment cybernétique : la constitution de la notion d'information (Champ Vallon, 2008).