«Nous ne sommes pas des zombies : de la théorie à la pratique.»

Avec Yann Schmitt, philosophe et essayiste et Martin Legros, philosophe et rédacteur en chef de Philosophie Magazine.

En développant la notion de zombie en philosophie, David Chalmers pose la question de la relation de notre vécu, de notre expérience subjective, avec le reste de notre fonctionnement physique et biologique. L'intuition centrale est qu'il est possible d'avoir un corps et un cerveau en parfait état de fonctionnement sans pour autant avec avoir une conscience vécue. Cette possibilité est celle de l'existence de zombies: des êtres en tout point semblables à des êtres humains d'un point de vue physique et biologique et qui se comportent extérieurement comme des êtres humains, sans pour autant avoir l'expérience subjective de ce qu'ils vivent et font. Bien sûr, nous, les êtres humains, ne sommes pas des zombies, mais justement, tel est ce qu'il faut comprendre: qu'est-ce qui nous différencie des zombies ? Et dans les pratiques, que penser des pouvoirs politiques ou économiques qui nous traitent comme des zombies, comme des êtres fonctionnellement efficaces mais sans prendre en compte l'expérience subjective, la souffrance notamment ?